Densification du quartier du Soleil Levant

Fidèle à son idéal de mixité sociale pour Clamart dans les quartiers qui en manquaient, l’équipe municipale précédente avait projeté de construire 2 ilots de logements sociaux réduits au soleil Levant, ainsi que des commerces et services de proximité en rez de chaussée. A cette fin, ont été acquis les terrains nécessaires.

Mais l’actuel maire a décidé de réviser fondamentalement ces projets, alors même qu’ils avaient fait l’objet d’une concertation et d’une autorisation préfectorale, pour privilégier, comme à son habitude désormais, la promotion immobilière.

Soumis à enquête publique, nous avons déposé des observations concernant la réalisation de ces opérations RD906 / rue du Midi / rue de Champ Faucillon et rue Jean-Baptiste Clément.

Une fois encore, nous avons constaté que le maire a traité avec désinvolture l’enquête publique.

En effet, un Clamartois nous a alertés que, malgré les termes mêmes de l’arrêté d’enquête publique qui imposait la mise à disposition des documents sur le site Internet de la ville, ils n’ont été publiés que 8 jours après l’ouverture de l’enquête.

La mise disposition tardive du dossier a privé les habitants d’une information suffisante de la consistance du projet dans des délais utiles pour faire valoir leurs observations.

Au fond, ces projets nous semblent néfastes, pour 3 raisons :

  • ils emportent une densification excessive du secteur
  • ils ne favorisent pas la mixité sociale du quartier
  • ils ne sont pas accompagnés d’un développement des équipements publics.

« Une densification excessive du secteur »

A notre sens, ces opérations opèrent une densification excessive du secteur, sans équilibrer les activités.

Le maire veut augmenter le nombre de logements à construire sur ces terrains, passant ainsi de 57 logements devant la station du soleil levant, à 78, soit 35% de plus pour ce seul projet.

Ils s’ajoutent aux autres projets de construction actuellement en cours dans le secteur : 94 logements sur l’ilot Jean-Baptiste Clément, 47 logements rue des Carnets.

La densification du secteur nous apparaît excessive et brutale. Elle doit être réduite pour ne pas déséquilibrer le quartier.

 

« Absence de mixité sociale dans le quartier »

Les précédents projets arrêtés en 2008 et 2010 portaient sur la construction de logements sociaux afin de favoriser la mixité sociale dans le quartier du Jardin parisien. Ce dernier souffre en effet d’un fort déficit de logements sociaux par rapport aux logements privés.

Or, le maire ne propose plus que d’en construire 24 logements au soleil levant, les 54 autres logements étant en accession libre, et 28 logements sociaux contre 66 privés rue Jean-Baptiste Clément.

Ils contribueront donc à accentuer le déséquilibre et ne répondent en aucun cas à l’objectif de mixité sociale pourtant mis en avant dans le dossier d’enquête, de manière particulièrement fallacieuse.

Bien plus, alors que la commune se vante de favoriser le parcours résidentiel, force est de constater qu’elle manque à cet objectif en ne prévoyant dans ses projets aucun logement en accession sociale à la propriété.

Enfin, pour réaliser l’augmentation substantielle du nombre de logements privés, les programmes empiètent de manière significative sur l’espace dédié initialement aux commerces et services de proximité, privant ainsi la commune et les nouveaux habitants d’activités économiques utiles.

La superficie des logements sera elle-même réduite, au détriment du confort des habitants.

« Insuffisance des équipements publics dans le quartier »

Ces opérations emportent un afflux de population (94 et 78 logements), de familles, qui s’ajouteront aux nouveaux résidents prévues rue des Carnets (47 logements).

Or, dans ce secteur du Jardin Parisien, aucun nouvel équipement public n’est programmé pour accompagner l’augmentation de la population.

Auparavant, la municipalité accompagnait les nouvelles opérations de construction d’équipements : crèche du soleil levant, réhabilitation de la nouvelle école Louise Michel, implantation du lidl.

Cette période est révolue : est venue celle des promoteurs immobiliers.

Retrouvez ici les observations que nous avons déposées aujourd’hui

enquete pub station tramway – Copie enquete pub RD906 – Copie

 

Publié dans aménagement, Clamart | Laisser un commentaire

Le maire de Clamart, président du territoire Vallée sud Grand Paris, un éco-Irresponsable

Vélo-électrique-femmeHier soir, sur proposition de M. Berger, le comité de territoire Vallée Sud Grand Paris a voté la suppression de la subvention allouée aux acheteurs d’un vélo électrique (VAE).

Une subvention créée en 2010 par Sud de Seine

Celle-ci avait été instaurée en 2010 par la Communauté d’agglomération Sud de Seine (Fontenay-aux-Roses, Clamart, Bagneux, Malakoff) dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique de développement durable, afin de promouvoir la pratique du vélo électrique.

Le vélo est en effet un mode de transport alternatif à la voiture.

Cette pratique écologique contribue à la réduction des nuisances sonores, si pénibles en ville et de la pollution atmosphérique, si nécessaire aujourd’hui. Une commission sénatoriale évalue à plus de 100 milliards d’euros par an le coût de la pollution de l’air ; elle causerait selon l’OMS 42 000 décès prématurés chaque année.

Alors que la France et 196 pays dans le monde se sont engagés en décembre dernier dans un processus ambitieux de transition énergétique et de réduction de la pollution à l’occasion de la COP21, Clamart et le nouveau territoire Vallée Sud Grand Paris régressent.

La pratique du vélo répond également à des préoccupations de santé publique. Elle favorise l’exercice physique de ses pratiquants, permettant notamment de réduire les risques d’accidents cardio-vasculaires dans notre société sédentarisée.

Un nouveau coup porté au développement du vélo

La décision mettant fin à la subvention pour l’achat d’un VAE est un nouveau coup porté au développement du vélo et aux circulations douces à Clamart, elle s’ajoute à suppression de pistes cyclables, la réduction de la voie du bus au profit des stationnements automobiles, le refus de permettre à l’association Les Dérailleurs d’organiser une nouvelle édition de la bourse aux vélos…

Ces nouvelles politiques publiques initiées par l’actuel maire, tant sur Clamart que dorénavant sur tout le territoire Vallée Sud Grand Paris, sont tout simplement irresponsables.

Nous demandons que lors du prochain conseil municipal, prévu début juillet, soit adoptée la reprise de cette aide à l’achat d’un VAE, dès la rentrée 2016, afin de reconduire, au moins sur la commune, cette action, dans le cadre des politiques municipales de développement durable.

Publié dans Circulations douces, Clamart, Conseil municipal, développement durable, Vélo | Un commentaire

La Parenthèse Clamart en danger : Au revoir les enfants

au revoir les enfantsCréée en 1992 par deux assistantes sociales, l’association la parenthèse répond à une demande croissante de place d’hébergement pour des familles très démunis du département et d’accompagnement social des familles en difficulté.

Avec le soutien financier du département des Hauts-de-Seine, elle aide les familles et leurs enfants en situation de grande précarité, les femmes victimes de violences, les familles monoparentales sans logement et répond quotidiennement aux situations de précarité des parents en difficulté et de leurs enfants.

Depuis 5 années, le département diminue régulièrement son soutien à l’association, menaçant ses activités.

« La Parenthèse agit au cœur même des compétences du département »

Pourtant, l’association la parenthèse agit au cœur même des compétences du département : L’action sociale et la protection de l’enfance.

Après avoir annoncé une nouvelle diminution de ses dotations pour l’année 2016 (- 130 000 € soit 12% de son budget encore en 2016), le Conseil départemental a brutalement décidé d’y mettre un terme, considérant qu’il appartient à l’État de financer cette structure. Mais d’une part l’État prend en charge le financement des centres d’hébergement d’urgence mais certainement pas l’activité d’hôtel social situé rue Marguerite Renaudin, qui permet d’accueillir les familles jusqu’à leur insertion socioprofessionnelle, financé par le conseil départemental .  D’autre part, ce dernier fait fi de manière éhontée des compétences essentielles qu’il  détient à savoir l’action sociale, l’insertion et l’aide à l’enfance en danger.

Du fait de ce brutal arrêt des financements par le département, l’association courre à la faillite. Non seulement elle devra cesser ses activités, abandonner les personnes en grande précarité qu’elle avait soutenues jusqu’alors , mais également licencier ses personnels.

« Au revoir les enfants »

Les Clamartois-e-s sont particulièrement choqués de ce sort funeste, l’un d’entre eux a même distribué ce document choc « Au revoir les enfants », pour alerter la population des conséquences de cet abandon.

Vincent Gazeilles, administrateur de l’association et ancien conseiller général du canton de Clamart, a tiré la sonnette d’alarme.

thtp://www.gazeilles.net/forum/index.php?post/2016/05/24/Devedjian%2C-le-destructeur-poltron-de-l-action-sociale

Nous condamnons très fermement ce désengagement du conseil départemental de ses compétences alors même que celui-ci n’hésite pas à engager dépenses somptuaires pour réaliser une cité musicale confiée un consortium privé (170 Millions d’€ de coût de construction!).

« Rétablir les subventions »

Nous demandons à M.Devedjian, président LR du conseil départemental des Hauts-de-Seine, et son vice-président et maire de Clamart, M. Berger,particulièrement mutique sur ce sujet,  de rétablir dans l’urgence et sans délai les subventions nécessaires à la pérennité de cette association pour ces prochains mois, et de s’assurer des conditions d’une reprise de ses activités dans le cadre d’un plan global, y compris de l’hôtel social à Clamart.

Publié dans Clamart, Conseil départemental des Hauts-de-Seine, La parenthèse, prévention, Solidarité | Laisser un commentaire

Les Clamartois-e-s sont attaché-e-s au site Hunebelle, et l’écrivent ….

architecte epicuria

architecte epicuria

Dès que nous avons appris le projet de saccage du stade Hunebelle par l’actuel maire de Clamart, lancé en catimini, nous avons alerté les Clamartois-e-s par voie de tracts et lancé une pétition en ligne qui connaît un certain succès, pour nous y opposer. Depuis, près de 750 signataires soutiennent notre initiative. Bien plus, les commentaires laissés sur le site sont éloquents : ils témoignent de l’attachement affectif des Clamartoi-e-s à ce stade, de la nécessité de conserver ce poumon vert et ouvert en centre-ville et de leur refus de sacrifier cet espace sur l’autel du mercantilisme de pacotille envisagé par M. Berger.

En voici quelques extraits choisis :

Après avoir vécu longtemps à Paris, j’ai choisi Clamart qui n’est qu’à un quart d’heure du périphérique, car c’est une ville bucolique, un peu provinciale, à taille humaine ou la nature est omniprésente (faune et flore) et où l’horizon n’est pas bouché par le béton.

Avoir un stade à côté de la forêt et du centre-ville est très agréable et très pratique d’autant qu’il y a toujours de la place pour se garer.

En un mot, je me sens bien à Clamart et même maintenant en retraite j’ai envie de rester.

Alors pourquoi avec tant d’avantages vouloir tout révolutionner et faire de Clamart une ville de banlieue bétonnée comme beaucoup d’autres ?

M. Berger nous avait promis, dans son discours électoral, d’embellir Clamart, mais peut-être n’avons-nous pas la même notion du beau !

——————————————————————————————————-

Pas d’accord pour voir Clamart bétonné de toutes parts et transformé en un nouveau Plessis Robinson… Ces espaces sont essentiels à notre bien-être.

—————————————————————————————————–

Je signe car j’habite devant le stade Hunebelle et j’ai choisi cet endroit pour sa situation à proximité du bois et pour sa tranquillité en peu excentré du centre mais avec un accès sans avoir à prendre son véhicule et je suis absolument contre ce projet totalement disproportionné et établit au détriment du respect de l’environnement et de la sécurité des riverains
J’ai voté pour Mr Jean-Didier BERGER et je suis très déçue …..

——————————————————————————————

Clamartois, sans tendance politique je suis choqué de l’argent gaspillé dans trop de travaux de BTP à l’utilité de moins en moins légitimes quand il y a priorité à investir professionnellement, financièrement , et citoyennement dans la maturation collective, dans le déploiement des synergies au sein d’une économie locale… dans du travail et du loisir qui retrouvent du sens…
Mes propos peuvent paraître ici abstraits dans cet énoncé court, mais pourraient largement être décompactés dans une réunion de recherches d’idées autrement plus salutaires ! …
Nombre de franciliens ayant choisi de s’installer à Clamart l’on fait en espérant vivre dans une commune s’engageant plus dans le sens d’une vie conviviale (à échelle humaine près de Paris), culturelle et écologique (avec la forêt limitrophe). Aussi, je crois que ce genre de projet ne manquera pas de leur faire mal en leur donnant le coup de mou. Ce genre de projet donne envie de déménager…

—————————————————————————————————–

Je signe parce que ce qu’on cherche à Clamart c’est le calme, la tranquillité et le cadre de vie. Si on veut aller dans un restaurant panoramique on va dans Paris et retrouvera avec bonheur le calme clamartois en rentrant. Vous allez détruire et faire fuir les nouveaux jeunes arrivants qui veulent voir grandir leurs enfants près de la verdure

———————————————————————————————————-

Je souhaite conserver ce que j’aime dans laquelle je suis née et dans laquelle je vis encore : un esprit de village humain et solidaire

——————————————————————————————————-

Je signe parce que le projet est démesuré, pas du tout adapté à notre ville, nos besoins, nos intérêts collectifs, notre mode de vie. Il va détruire notre environnement, la richesse de la biodiversité, l’équilibre paysager, et privatiser notre espace public.

——————————————————————————————————

Ce stade fait partie du patrimoine Clamartois depuis des lustres et il est inadmissible de le voir remplacé par un complexe exorbitant et hors de prix

——————————————————————————————————

Projet inutile, coûteux et perte d’un patrimoine de verdure. Le monde moderne s’égarera s’il ne renonce pas culturellement à ce type de projet

——————————————————————————————————–

Ne touchez pas au stade Hunebelle.
Laissez-nous de la verdure, un endroit où les enfants puissent faire leur sport en plein air !

——————————————————————————————————–

Il faut garder la beauté de cette ville

——————————————————————————————————–

En tant que riveraine, pour la préservation de ce site si paisible et contre les nuisances qu’apporteraient de tels travaux, et ensuite, la fréquentation de cette nouvelle structure ainsi que l’engorgement de la circulation, qui parfois se fait difficilement juste pour un camion en livraison ou une auto en double file…

——————————————————————————————————

Membre du CCR92.
Je fais partie de ce qui tourne en rond (sur 400m à l’air libre) et
qui aime ça, tout simplement.
Le sport pour tous.

—————————————————————————————————–

Je vis en face du stade Hunebelle depuis 14 ans maintenant. J’ai vu le décor se transformer avec la salle des fêtes et le nouveau gymnase qui en ont fait un lieu réellement agréable! Alors je ne laisserai pas ce maire tout gâché!!

———————————————————————————————————-

Parce ce que je veux, tout en souhaitant une rénovation du stade et des gradins, garder ce caractère unique, presque naturel de ce site
non à ces projets ringards de bowling, de parkings digne des années 70
nous sommes au 21 ème siècle jd Berger

———————————————————————————————————-

Le stade Hunnebelle a juste besoin d’être rénové mais pas transformé en monstruosité

——————————————————————————————————–

Je signe car j’ai été Clamartoise, que j’ai pu profiter du stade Hunebelle tel qu’il est aujourd’hui et je soutiens mes amis Clamartois. Le projet de monsieur Berger est tout simplement digne d’un égoïsme démesuré.

———————————————————————————————————-

Je signe parce qu’il faut protéger les espaces verts, la nature l’environnement, mais aussi le patrimoine pour garder un équilibre humain et diminuer les conflits créés par la densification.

———————————————————————————————————

Monsieur Berger, écoutez pour une fois la voix des Clamartois-e-s, renoncez à votre projet délirant qui détruira ce stade, patrimoine commun à tous les habitants, de tous âge, de tous les quartiers, qui attire de nouveaux arrivants séduits par la qualité de vie de notre ville !

 

Publié dans aménagement, Circulations douces, Clamart, développement durable, Hunebelle, Non classé, pétition | Laisser un commentaire